Analyse du discours
 

 

Accueil 
CV 
Publications 
Textes 
Vocabulaire 

 

 

 

 

L’analyse du discours et ses frontières

                        ( Discourse analysis and its boundaries)

 

 

 

 

 

(Extrait d'un article précédemment publié dans la revue électronique Marges linguistiques, n° 9, 2005)

 « L’analyse du discours et ses frontières »

«

Résumé

Le champ des recherches sur le discours est à juste titre considéré comme hétérogène et instable. Cet article s’efforce d’y introduire un minimum de principes d’organisation. Il critique la position communément défendue qui présente les recherches sur le discours comme un espace où coexisteraient de multiples « approches » placées sur un même plan. On essaie de montrer qu’il est préférable d’accorder un rôle structurant aux « disciplines du discours ». Mais ce découpage par disciplines doit coexister avec des découpages par « courants » et par « territoires ». Dans un second temps, on procède à un inventaire des unités majeures avec lesquelles travaillent les analystes du discours ; une distinction est établie entre unités « topiques » et « non-topiques ».

Mots clés : discours, analyse du discours, discipline, unités topiques, unités non-topiques

 

Abstract

The field of discourse studies is rightly considered as heterogeneous and unstable. This article aims at introducing some principles to organise it. Most of scholars sustain that this field can be described as a space in which a wide range of “approaches”  are competing with each other on the same level. I think it better to attach great importance to the structuring role of “discourse disciplines”. But this division into disciplines must coexist with a division into “trends” and another one into “territories”. Furthermore I take an inventory of the major units with which discourse analysts work ; a distinction is made between “topic” and “no-topic” units.

Key words : discourse, discourse analysis, discipline, topic unit, no-topic unit

 

 

Pour beaucoup les recherches qui portent sur le discours, ce qu’on appelle quelquefois « linguistique du discours » ou « analyse du discours » (deux termes qui à notre sens ne sont pas équivalents, comme on le verra) reste une occupation pas toujours sérieuse, qui mêle de manière mal contrôlée des considérations d’ordre linguistique avec des considérations socio- et psychologiques de seconde main. La solution de facilité a longtemps consisté à les rejeter aux confins des sciences du langage. Aujourd’hui on s’y risque moins, car une crise d’identité généralisée affecte les partages disciplinaires traditionnels.

S’il est de plus en plus difficile de récuser l’intérêt des recherches qui se mènent au nom de « l’analyse du discours », en revanche il est extrêmement  facile de douter qu’il soit possible de leur assigner des limites claires. Comme le reconnaît D. Schiffrin, « l'analyse du discours est une des zones les plus vastes et les moins définies de la linguistique. » (1994 : p.407) Un débat récurrent oppose d’ailleurs ceux qui veulent y voir une discipline de plein droit et ceux qui préfèrent y voir une zone de rencontre entre les divers champs des sciences humaines qui sont confrontés à la question du langage.

Il est vraisemblable que l’usage peu contrôlé du label « analyse du discours » résulte pour une part de l’écart de plus en plus grand qui se creuse entre l’inertie des découpages institutionnels du savoir et la réalité de la recherche actuelle qui ignore ces découpages hérités du XIX° siècle. Un nombre croissant de travaux qui ont de grandes difficultés à se reconnaître dans les partages traditionnels peuvent être incités à se ranger sous l’étiquette d’« analyse du discours » pour se donner un minimum d'autorité, en se rattachant à un domaine qui a l’avantage de se présenter comme un domaine ouvert. Ceci n’est d’ailleurs pas réservé à l’analyse du discours. Il se développe des ensembles de recherche transverses dans les sciences sociales ou humaines qui, selon les pays, se rattachent à des espaces à l’identité profondément incertaine : « cultural studies », à la sémiotique, à la communication… sans doute parce que leurs objets et leurs démarches sont encore mal identifiés si on les rapporte au découpage classique des Facultés.

Mais à moyen ou à long terme une telle situation n’est pas saine, car au lieu de provoquer un remodelage productif des frontières, elle peut amener le développement d’une recherche en quelque sorte à deux vitesses : l’une selon les disciplines traditionnelles, qui serait hautement contrôlée et valorisée, l’autre plus proche des intérêts sociaux du moment (ceux de la société, ceux des populations de chercheurs) mais sans assise conceptuelle et méthodologique solide. On voit très bien ce qu’une sociologie des sciences d’inspiration bourdieusienne pourrait dire d’une telle situation. Pour ma part, je ne partage pas le pessimisme de ceux qui voient dans les travaux sur le discours un phénomène plus sociologique qu’épistémologique, même si c’est un espace dont les contours apparaissent encore flous.

Aujourd’hui, quand on parle d’analyse du discours on ne peut plus ignorer que cette étiquette recouvre dans le monde entier des travaux d’inspirations très différentes. On a beau multiplier les synthèses, les présentations, les mises au point, l’analyse du discours reste extrêmement diversifiée. A l’heure de « l’e-mail » et de la mobilité des chercheurs, les découpages géographiques et intellectuels traditionnels doivent composer avec des réseaux d’affinités scientifiques qui se jouent des frontières et qui modifient profondément les lignes de partage épistémologique. En analyse du discours comme ailleurs la transformation des modes de communication a modifié en profondeur les conditions d’exercice de la recherche.

On ne peut pas rapporter l’analyse du discours à un fondateur reconnu : c’est un espace qui s’est constitué progressivement à partir des années 1960 par la convergence des courants venus de lieux très divers. Certains préfèrent mettre l'accent moins sur sa nouveauté que sur son ancienneté, sans doute pour lui donner davantage de légitimité. Ainsi Teun Van Dijk considère-t-il qu’elle prolonge la rhétorique antique :

"Discourse analysis is both and old and a new discipline. Its origins can be traced back to the study of language, public speech, and literature more than 2000 years ago. One major historical source is undoubtedly classical rhetoric, the art of good speaking." (1985 : p.1)

Il y a toutefois un risque à placer l’analyse du discours dans la continuité de la rhétorique, comme si la rhétorique – ou plutôt les différentes configurations de la rhétorique- n’étaient pas solidaires de configurations du savoir et des pratiques irrémédiablement disparues. A notre sens, l’analyse du discours implique la reconnaissance d’un « ordre du discours », pour reprendre la formule de Foucault, irréductible au dispositif rhétorique. Ce qui ne l’empêche pas de réinvestir, une fois convenablement réélaborées, un grand nombre de catégories et de problématiques issues de la rhétorique.

Il existe en outre diverses manières de penser la relation entre linguistique du système et linguistique du discours. La plus simple consiste à y voir une extension de la linguistique du système , dans un nouvel espace (« superlinguistique », « translinguistique…) qui intégrerait le linguistique, mais qui serait soumis à une économie propre. Une autre consiste à dire qu’il y a deux linguistiques qui traversent l’espace langagier, avec deux économies distinctes. Une autre, encore, que la linguistique véritable est la linguistique du discours (c’est, semble-t-il, la position défendue par le courant praxématique).

Pour nous, l’analyse du discours n’est pas seulement venue combler un manque en pointillés dans la linguistique du système, comme si à Saussure on avait ajouté Bakhtine, à une linguistique de « langue » une linguistique de la « parole ». Certes, elle a un lien privilégié avec les sciences du langage, dont elle relève – du moins dans la conception qui prévaut communément, et particulièrement en France- mais son développement implique non seulement une extension de la linguistique, mais aussi une reconfiguration de l’ensemble du savoir. On notera d’ailleurs que ses grands inspirateurs des années 60 ne sont que pour une part des linguistes. On y trouve aussi des anthropologues (Hymes,…), des sociologues (Garfinkel, Sacks...), mais aussi des philosophes soucieux de linguistique (Pêcheux) ou non (Foucault).

    Les réticences que l’on ressent à l’égard des travaux sur le discours dans les milieux linguistiques tient sans doute au fait qu’on a tendance à l’aborder en prenant pour point de référence le noyau de la linguistique « dure ». Or, les recherches sur le discours bénéficie (ou au contraire pâtit, pour certains) d’un statut singulier qui les inscrivent dans les sciences du langage, tout en en faisant une zone carrefour pour l’ensemble des sciences humaines ou sociales, et mêmes les « humanités ». On peut en effet aborder les recherches sur le discours aussi bien en partant de la linguistique qu’en partant de la psychologie, de la sociologie, de l’anthropologie, de la théorie littéraire, etc. Situation qui n’a rien d’extraordinaire : la philologie d’antan pouvait être abordée aussi bien comme une entreprise linguistique que comme une entreprise historique, selon la façon dont on la considérait.

Une autre difficulté à laquelle on se heurte quand on veut ordonner les recherches sur le discours est qu’en général elles ne sont pas définies de manière positive, mais en quelque sorte par défaut. « Discourse is often defined in two ways : a particular unit of langage (above the sentence), and a particular focus (on language use) » (Schiffrin, 1994 : p. 20), ou plus précisément « the use of language for social, expressive, and referential purposes. » (1994 : p.339) En fait, le discours, minimalement, associe textualité et contextualité, mais il est également indissociable d’un agrégat d’idées force : la parole comme activité, comme interactivité régie par des normes, son pouvoir constructeur et sa nature dynamique, le rôle nodal des genres de discours, la primauté de l’interdiscours... C’est donc à la fois un certain domaine empirique et une certaine manière de l’aborder.

Pour peu qu’on considère l’analyse du discours comme « l’étude du discours » on se sent en droit d’y inscrire toute recherche sur le langage qui dépasse le cadre de la phrase et/ou prend en compte le contexte. Mais, ce faisant, on court le risque de rester pris dans ce que l’on dénonce : on continue à se définir par rapport à une linguistique limitée à des phrases décontextualisées. On a beau substituer à l’unicité de la linguistique l’accueillant pluriel des sciences du langage, on continue à raisonner à l’intérieur du schéma ancien, l’analyse du discours devant recueillir tout ce qui n’est pas la linguistique stricto sensu.

Pour introduire un minimum de cohérence tout en prenant en compte l’hétérogénéité du domaine, on est souvent tenté de produire des définitions consensuelles, mais peu contraintes. C’est le cas du Handbook of discourse analysis de Teun Van Dijk qui voit dans l’analyse du discours l’étude de « l’usage réel du langage par des locuteurs réels dans des situations réelles » (1985 : p. 2). C'est le cas aussi de Deborah Schiffrin, pour qui l’analyse du discours « studies not just utterances, but the way utterances (including the language used in them) are activities embedded in social interaction » (1994 : p. 415). On en arrive ainsi à se représenter l’analyse du discours comme une sorte de « superlinguistique », où se réconcilieraient forme et fonction, système et usage.

A l’opposé, on trouve des définitions claires mais à l’évidence trop restrictives. Une telle attitude peut correspondre à deux démarches bien distinctes :

- Certains appellent « analyse du discours » les recherches qui s’inscrivent dans le cadre de leur propre problématique et rejettent dans les ténèbres extérieures toutes les autres. La chose n’est pas rare ; elle pousse dans sa logique extrême le fonctionnement habituel des sciences humaines, où l’on est bien obligé de produire une définition de la discipline dont on se réclame qui soit en harmonie avec ses propres recherches.

- D’autres, dans le souci d’user de désignations univoques, construisent une définition de l’analyse du discours qui ne prend pas en compte de la diversité des recherches effectivement menées qui s’en réclament. On pourrait évoquer à ce propos l’intéressante distinction établie par S. C. Levinson (1983) : l’analyse du discours constituerait l’un des deux grands courants de l’analyse des interactions orales, à côté de « l’analyse conversationnelle » ; l’analyse du discours, centrée sur les actes de langage, serait représentée par des recherches comme celles de J. Mc H. Sinclair et M. Coulthard (1975) ou de l’Ecole de Genève (Roulet & al., 1985) à ses débuts. Cette distinction est sans nul doute pertinente, mais ce n’est qu’une décision terminologique.

Avec le même souci de produire une définition restrictive, d’autres voient dans l’analyse du discours une discipline qui prendrait en charge les phénomènes que dans les années 60 ou 70 on disait relever de la « grammaire de texte ». M. Charolles et B. Combettes, par exemple, intitulent « Contribution pour une histoire récente de l’analyse du discours » (1999) ce qui, en fait, est un panorama de l’évolution de la linguistique textuelle. Cet usage qui consiste à appeler « analyse du discours » l’étude des phénomènes de cohérence/cohésion textuelle – même s’il peut se prévaloir l’article de Harris de  « Discourse analysis » (1952) qui a consacré le label « analyse du discours » - ne correspond pas à l’usage dominant. Il serait en effet réducteur de voir dans le discours une simple extension de la linguistique au-delà de la phrase. C’est d’ailleurs ce que soulignent très justement Charolles et Combettes eux-mêmes :

à l’échelle du discours, on n’a en effet pas affaire (…) à des déterminismes exclusivement linguistiques, mais à des mécanismes de régulation communicationnelle hétérogènes dans lesquels les phénomènes linguistiques doivent être envisagés en relation avec des facteurs psycholinguistiques, cognitifs, et sociolinguistiques. (1999 : p. 79)

 

On retrouve cette assimilation plus ou moins exacte entre analyse du discours et étude des régularités transphrastique » chez J. Moeschler et A. Reboul :

 

le problème que cherche à résoudre l’analyse de discours  à son origine, c’est celui de l’interprétation des discours. Comment, étant donné un discours (une suite non arbitraire de phrases), peut-on lui donner un sens ? (1998 : p.12)

 

 L’Analyse de discours est ainsi définie comme la

 

sous discipline de la linguistique qui tente d’expliquer un grand nombre de faits (anaphore, temps verbaux, connecteurs, etc.) en recourant à une unité supérieure à la phrase, le DISCOURS, et à des notions permettant de le définir (COHERENCE, mémoire discursive, etc.). » (1998 : p. 14)

 

Il est vrai que rabattre l’analyse du discours vers l’étude des phénomènes transphrastiques lui donne une respectabilité et une visibilité qu’elle n’a pas quand elle se présente comme un ensemble confus de travaux aux frontières de la linguistique. Même s’il n’existe évidemment aucun monopole en matière de des définitions de l’analyse du discours, l’usage qui consiste à appeler « analyse du discours » l’étude des phénomènes de cohérence/cohésion textuelle va à l’encontre des habitudes, et pas seulement de celles qui prévalent en France ; je pense par exemple au manuel d’analyse du discours de Brown et Yule (1983) qui mettent l’accent non sur la cohésion textuelle mais sur la fonction communicationnelle des textes.

La difficulté qu’il y a à définir l’analyse du discours tient aussi au fait que l’on pense spontanément la relation entre « discours » et « analyse du discours » sur le modèle de la relation entre objet empirique et discipline qui étudie cet objet. Constatant qu’il existe un domaine communément appelé «discours », identifié plus ou moins vaguement avec l’activité contextualisée de production d’unités transphrastiques, on considère l’analyse du discours comme la discipline qui le prendrait en charge. C’est présupposer ce qui ne va pas de soi : que « le discours » est un objet immédiatement donné, et de surcroît l’objet d’une discipline.

Certes, il ne constitue pas un domaine aussi ouvert que « l’éducation » ou « la presse », par exemple, mais ce n’est pas pour autant qu’il puisse être saturé par une seule discipline. Dans cette perspective j’ai défendu (Maingueneau ? 1995) l’idée que le discours ne devient véritablement objet de savoir que s’il est pris en charge par diverses disciplines qui ont chacune un intérêt spécifique : sociolinguistique, théories de l’argumentation, analyse du discours, analyse de la conversation, l’analyse critique du discours (la « CDA » anglo-saxonne), etc. Dans cette optique, on ne confond pas analyse du discours et linguistique du discours, la première n’étant qu’une des composantes de la seconde. A mon sens, l’intérêt qui gouverne l’analyse du discours, c’est d’appréhender le discours comme intrication d’un texte et d’un lieu social, c’est-à-dire que son objet n’est ni l’organisation textuelle ni la situation de communication, mais ce qui les noue à travers un dispositif d’énonciation spécifique. Ce dispositif relève à la fois du verbal et de l’institutionnel : penser les lieux indépendamment des paroles qu’ils autorisent, ou penser les paroles indépendamment des lieux dont elles sont partie prenante, ce serait rester en deçà des exigences qui fondent l’analyse du discours.

Ici la notion de « lieu social » ne doit cependant pas être appréhendée de manière trop immédiate : il peut s’agir d’un positionnement dans un champ discursif (politique, religieux…). Dans tous les cas l’analyste du discours doit accorder un rôle central à la notion de genre de discours, qui par nature déjoue toute extériorité simple entre « texte » et « contexte ».

Suivant cette logique, les mêmes productions verbales peuvent permettre d’élaborer des corpus pour diverses disciplines du discours. Etudiant un débat politique à la télévision, par exemple, l’analyste de la conversation ou celui de l’argumentation ne se focaliseront pas sur les mêmes aspects. Le premier s’interrogera sur la négociation des tours de parole, la préservation des faces, les phénomènes paraverbaux, etc. ; le spécialiste d’argumentation centrera son attention sur l’auditoire visé, la nature et le mode d’enchaînement des arguments, l’ethos, etc. Quant à l’analyste du discours, il s’interrogera au premier chef sur le genre de discours lui-même, sur la composition textuelle, sur les rôles socio-discursifs qu’il implique, sur la redéfinition du politique qu’implique ce genre télévisuel, etc.

Ces disciplines du discours ne fonctionnent pas pour autant de manière insulaire, elles sont constamment amenées à prendre en compte les perspectives de telle(s) ou telle(s) autre(s), mais à partir du site qui lui est propre : on mobilise les ressources d’une discipline du discours pour les mettre au service d’une autre.

Néanmoins, on peut difficilement soutenir que toute recherche sur le discours relevève nécessairement d’une discipline. Pour nombre de travaux à visée fortement descriptive et/ou qui abordent des objets peu ou pas traités, on est dans l’incapacité de dire quelle discipline les régit. Les différences entre disciplines n’apparaissent en effet que si la recherche s’inscrit véritablement dans une problématique, profilée par l’intérêt qui gouverne la discipline concernée.

On n’exagérera pas non plus l’indifférence des objets aux diverses disciplines du discours. S’il n’existe pas de « données » qui soient la propriété exclusive d’une discipline, il est néanmoins indéniable que chacune a des objets préférentiels. On conçoit qu’un analyste du discours soit moins intéressé que d’autres par des conversations familières ; il s’agit en effet de pratiques verbales qu’on peut difficilement rapporter à un lieu institutionnel ou à un positionnement idéologique. On conçoit aussi qu’un analyste d’argumentation accorde une attention soutenue  au discours publicitaire et qu’un analyste de la conversation n’affectionne guère les corpus philosophiques, fût-ce les dialogues de Platon. Il n’empêche que les analystes du discours philosophique savent tirer profit des travaux sur la conversation  (Cossuttta éd., 2005).

Une telle conception de l’analyse du discours n’est pas sans évoquer celle qui prévaut dans le monde britannique. On la voit à l’œuvre dans l’ouvrage classique de  Brown et Yule, Discourse analysis, où l’analyse du discours d’abord  présentée comme « the analysis of language in use » est ensuite reformulée comme « an investigation of what language is used for » (1983 : p. 1). Le petit manuel de David Nunan, Introducing discourses analysis, qui s’inscrit dans le même courant, est plus précis : « In the case of the discourse analyst, the ultimate aim of this analytical work is both to show and to interpret the relationship between these regularities and patterns in language and meanings and purposes expressed through discourse. » (1993 : p. 7).

Même dans ces limites, il s’en faut de beaucoup que l’analyse du discours soit homogène. J’ai eu l’occasion d’énumérer (Maingueneau, 1995 : p. 8) un certain nombre de facteurs interdépendants qui poussent à la diversification des recherches en analyse du discours. Je les rappelle ici :

 

-       L’hétérogénéité des traditions scientifiques et intellectuelles ; celle-ci, nous l’avons dit plus haut, est d’ailleurs de moins en moins liée à une répartition strictement géographique, même si elle n’en est pas indépendante. C’est davantage une affaire de réseaux. Dans diverses publications j’ai ainsi parlé de « tendances françaises », bien que cela ne veuille pas dire que toutes les recherches d’analyse du discours menées en France soient concernées, ni que ce type de recherche ne soit mené qu’en France, ni même que tous les chercheurs qui participent de ces tendances y soient impliquées au même degré. Au nombre de ces « tendances » on peut évoquer l’intérêt pour des corpus fortement contraints sur le plan institutionnel, le recours aux théories de l’énonciation linguistique, la prise en compte de l’hétérogénéité énonciative, le souci de ne pas effacer la matérialité linguistique derrière les fonctions des discours, la primauté donnée à l’interdiscours, la nécessité d’une réflexion sur les positions de subjectivité impliquées par l’activité discursive.

- La diversité des disciplines d’appui : au carrefour des divers champs des sciences humaines, l’analyse du discours prend des visages très variés selon le ou les champs qui lui donnent une impulsion. Aux Etats-Unis l’anthropologie et la sociologie ont joué un rôle essentiel dans sa constitution ; en France la psychanalyse, la philosophie ou l’histoire ont exercé sur elle une grande influence.

-       La diversité des positionnements (« écoles », « courants »…), avec leurs fondateurs charismatiques, leurs mots de ralliement, etc.

-       Les types de corpus privilégiés par les chercheurs.

-       L’aspect de l’activité discursive qui est pris en compte : les conditions d’émergence, de circulation, les stratégies de production ou d’interprétation…

-        La visée appliquée ou non de la recherche, même s’il est impossible de tracer une ligne de partage claire entre recherches appliquée et non-appliquée, l’analyse du discours étant très sensible à la demande sociale.

-       La discipline de rattachement des analystes du discours : un historien ou un sociologue qui recourent à l’analyse du discours auront inévitablement tendance à y voir un instrument au service d’une interprétation ; a priori ce sera moins le cas d’un chercheur qui se réclame de la linguistique.

Une telle liste présente l’inconvénient de mettre ces divers facteurs de diversification sur le même plan. En outre, en laissant entendre que la distinction linguistique du discours/disciplines du discours suffit à structurer cet espace, elle minore d’autres lignes de force. Pour rendre compte de la complexité effective des recherches sur le discours, il faut pousser plus loin la réflexion.

Il nous semble nécessaire de ne pas verser dans les « approches » du discours ce qui en fait appartient aux ressources communes à ceux qui travaillent sur le discours : genre de discours, cohérence/cohésion textuelle, typologie des discours, polyphonie, actes de langage, théorie de la politesse, etc. Certes, tel ou tel courant va mettre l’accent sur tel type de ressource, mais on peut difficilement en parler en termes d’approche. A ces « ressources » communes on doit ajouter les présupposés théoriques partagés par un grand nombre de spécialistes du discours : le langage comme activité, la contextualité radicale du sens, le caractère interactif de la communication verbale, etc. Il est inévitable que ces présupposés fassent l’objet de discussion, mais sans eux il n’y aurait pas un espace de recherche commun. Par exemple, il est bien connu que l’analyse du discours d’inspiration française défend quelques postulats qui ne sont pas ceux de la majorité des chercheurs ; mais cela ne va pourtant pas jusqu’à provoquer un éclatement du champ, dans la mesure où il s’en faut de beaucoup qu’il y ait désaccord sur tous les postulats. Le désaccord souvent est difficilement perceptible car il porte sur l’interprétation et non sur le présupposé : tout le monde n’interprète pas de la même manière le postulat de la primauté de l’interdiscours, mais un grand nombre de chercheurs y adhèrent.

    Le point litigieux, rappelons-le, concerne la manière de penser la grande diversité des recherches sur le discours. La position défendue en 1994 par Schiffrin et par beaucoup d’autres ensuite consiste à dire que ces recherches se partagent entre une multitude d’ « approches » qui sont autant d’éclairages distincts du « discours ». La position que j’ai défendue en 1995 mettait au contraire au premier plan diverses « disciplines du discours ». La question de fond qui est ainsi posée est de savoir si  la recherche sur le discours est structurée par ces disciplines ou par les « approches » au sens de Schiffrin et de ses successeurs (en éliminant toutefois quelques indésirables comme la pragmatique ou la politesse), c’est-à-dire par des « courants ».  Par « courant » il faut entendre à la fois a) une certaine conception du discours, b) de la finalité de son étude, c) des méthodes pertinentes pour l’analyser. Par exemple, l’ethnographie de la communication, la sociolinguistique interactionnelle de Gumperz, le courant althussérien de l’Ecole française  (M. Pêcheux) seraient autant de courants.

En mettant au contraire au premier plan les disciplines du discours, on fait à mon sens une double hypothèse :

1)             la communication verbale envisagée comme discours offre un nombre réduit d’angles d’attaque (justification par l’objet); en d’autres termes, par leur existence même, les disciplines, pour peu qu’elles acquièrent une certaine stabilité, disent quelque chose de l’objet auquel elles se confrontent. Certes, pas plus que les « courants », les disciplines ne sont des réalités transhistoriques (on sait par exemple que le champ de la rhétorique traditionnelle était beaucoup plus large que celui des théories modernes de l’argumentation), mais elles se développent sur une plus longue durée et sont moins liées à l’individualité d’un fondateur.

2)             la recherche exige des espaces sociaux de mise en commun des produits scientifiques, des communautés de chercheurs qui ont besoin de travailler sur des espaces moins indéterminés que « le discours », des territoires qui qui sont communs à plusieurs courants.

Il y a ici le choix entre deux attitudes. L’une n’accorde aucun crédit au versant socio-discursif de la recherche ; l’autre consiste à penser qu’il y a une interaction essentielle entre versant conceptuel et versant institutionnel de la recherche, en raison du caractère foncièrement coopératif de cette activité. Les disciplines sont indissociables de communautés de chercheurs qui partagent des intérêts communs, échangent des informations, participent de manière privilégiée aux mêmes groupements (colloques, tables-rondes, journées d’études, jurys de thèse…) et figurent dans les mêmes réseaux de renvois bibliographiques. Je citerai ici les propos d’un épistémologue des sciences sociales, Jean-Marie Berthelot, pour qui la discipline est à la fois

 

"un lieu d’échange et de reconnaissance, et matrice de discours et de débats légitimes (…) un lieu de ressources sociocognitives, de références autorisées, de normes partagées et d’exemples communs, permettant le tissage d’une tradition, problématique, conflictuelle, mais réelle, de connaissance. Cet espace de spécialisation disciplinaire est donc un lieu où peuvent s’articuler en une entreprise de connaissance légitime – non plus seulement socialement mais épistémologiquement, c’est-à-dire en une entreprise de connaissance argumentée – les divers langages par lesquels s’organise le travail analytique. Espace social de légitimation de savoirs, une discipline est, indissociablement, un espace logique de construction d'argumentation."(1996 : pp. 99-100).

 

Dans cette perspective, si l’on maintient une distinction par exemple entre deux disciplines du discours, l’« analyse des conversations » et « l’analyse du discours », c’et à la fois pour des raisons liées à l’objet (il existe en particulier une forte spécificité des conversations) et pour des raisons de fonctionnement des communautés scientifiques : l’observation des colloques, des supports de publications, des références bibliographiques montre que les chercheurs de ces deux disciplines n’occupent pas le même espace, même si dans de nombreuses circonstances ils sont amenés à participer aux mêmes activités. La « conversation analysis » peut apparaître comme un courant si on la restreint à la problématique issue de la sociologie de Garfinkel, Sacks, etc. ; mais comme une discipline si on y intègre d’autres courants. On a vu que S. Levinson (1983) y distinguait deux courants majeurs, « conversation analysis » et « discourse analysis » (représentée en particulier par les travaux de Sinclair et Coulthard ou Roulet dans les années 1970-1980).

Mais ce n’est pas rendre justice aux travaux de Labov que d’y voir une simple « approche » du discours, sans la référer d’abord au champ disciplinaire de la sociolinguistique, dont ils prolongent et renouvellent les questions les plus classiques, celles qui ont trait à la variation.

Cela dit, on ne peut nier qu’il serait tout à fait artificiel d’inscrire certains courants dans une discipline déterminée. C’est le cas par exemple de la sociolinguistique interactionnelle de Gumperz dont cela n’a pas grand sens de se demander si elle relève de la sociolinguistique, de l’analyse des conversations ou de l’analyse du discours. Cela n’empêche pas que les travaux de Gumperz ne reçoivent pas le même éclairage selon qu’on les aborde comme une contribution à l’analyse des conversations ou comme un moyen de « traiter les problèmes d’identité et leurs rapports aux divisions sociales, politiques et ethniques » (Gumperz, 1989 : p. 7), ce qui rapproche de perspectives plus sociolinguistiques. On peut même aller plus loin : ces courants ne se laissent pas nécessairement enfermer dans l’espace des recherches sur le discours : le courant ethnométhodologiste relève aussi de la sociologie.

En réalité, pour rendre compte du fonctionnement des recherches en linguistique du discours il ne suffit pas de reconnaître que certains courants échappent à l’orbite des disciplines. On observe en effet un autre mode de groupement des chercheurs qui, pour n’être pas fondé sur des présupposés théoriques et méthodologiques, n’en est pas moins très puissant : les territoires délimités par l’objet d’étude : discours télévisuel, discours administratif, discours politique… Ces domaines de recherche sont eux-mêmes en général des composante de domaines plus vastes : l’analyse du discours télévisuel, par exemple, pourra être une composante des études sur la télévision, ou sur les médias. Comme dans les « cultural studies » anglo-saxonnes, le principe de groupement est alors thématique : « gender studies », « postcolonial studies », « gay studies », etc.

La constitution de réseaux de chercheurs qui se groupent autour du même objet (nous dirons du même territoire) sans pour autant partager la même discipline ni appartenir au même courant n’est pas un phénomène marginal. Déjà, le postulat même des études sur le discours, à savoir que n’importe quel type de production verbale est digne d’investigation, a pour corollaire la rareté des objets effectivement étudiés, eu égard à l’infini des corpus possibles. Ce sont inévitablement les phénomènes sociaux perçus comme importants – à quelque titre que ce soit – qui retiennent plus facilement l’attention. A cela s’ajoute le fait que la pluri-, trans, inter-disciplinarité est aujourd’hui largement recommandée par les politiques de recherche, qu’elle devient une condition sine qua non pour obtenir des crédits. Dans ces territoires l’étude du discours n’est qu’une des voies d’accès possibles, à coté d’autres, venues d’autres horizons des sciences humaines et sociales.

On aurait tort néanmoins de reconduire à ce propos les vieilles oppositions en considérant que les groupements par territoires ne sont qu’une sorte d’ « application » sans portée théorique : à partir du moment, pense-t-on, où un certain nombre de chercheurs aux formations très diverses n’ont pas d’autre commun dénominateur qu’un certain objet, découpé en fonction d’une demande d’ordre social, ce ne sera jamais qu’une juxtaposition éclectique d’approches hétéronomes dont la validité s’évaluera essentiellement par leur pouvoir d’intervention dans la société. En réalité, les choses sont beaucoup plus complexes : les recherches par territoires interviennent fortement dans les élaborations conceptuelles : le parler des jeunes est, certes, un territoire socialement sensible et médiatiquement porteur, mais c’est aussi un objet qui va infléchir significativement les concepts des chercheurs. En outre, il existe une dynamique intellectuellement créatrice dans la pluridisciplinarité : le seul fait que pendant une longue période des chercheurs de disciplines différentes collaborent sur le même territoire ne peut pas ne pas avoir des effets profonds, sur le plan théorique comme sur le plan institutionnel. 

Pour résumer, on pourrait dire que les recherches sur le discours impliquent une interaction permanente entre trois principes de regroupement des chercheurs :

En premier lieu des groupement par disciplines du discours et par courants (intégrés ou non dans une discipline). Les chercheurs y partagent un certain nombre de postulats et de « ressources » conceptuelles et méthodologiques ; il reste  néanmoins entendu que ce « partage » est plutôt à penser sur le mode de l’air de famille wittgensteinien que sur celui des conditions nécessaires et suffisantes pour appartenir à une classe. Au second niveau, les études sur le discours se groupent autour d’un certain nombre de disciplines du discours dans lequel coopèrent des chercheurs relevant de divers courants mais aussi des chercheurs sans appartenance nette.

En second lieu un groupement par territoires, qui lui-même peut se faire à deux niveaux distincts : a) des groupements de linguistes du discours qui ne relèvent pas des mêmes courants ou disciplines ; b) des groupements entre linguistes du discours et chercheurs d’autres domaines.

 

Ces divers modes de groupement produisent un paysage confus et instable. En outre, on ne saurait oublier qu’un certain nombre de travaux d’orientation descriptive ne relèvent ni d’une discipline ni d’un courant, ni d’un territoire mais peuvent être exploitées par de multiples disciplines, courants ou territoires. Il en va de même pour les travaux qui portent sur les « ressources » communes aux linguistes du discours (ainsi certaines études sur la thématisation, les connecteurs, la polyphonie, etc.).

La notion même de groupement n’est pas sans danger. Elle peut donner l'impression que chaque chercheur possède son groupe d’appartenance. Rien n’est plus faux, à quelques exceptions près : en règle générale, le même individu peut, selon le cas, participer de l’un ou l’autre. Ce qui ne contribue pas peu à brouiller les lignes de partage.

 

III

 

Je vais à présent réfléchir sur les unités fondamentales avec lesquelles travaillent les analystes du discours, au sens restreint d’une discipline du discours. Dans l’analyse du discours francophone la notion de « formation discursive », la plus ancienne, coexiste avec d’autres comme « positionnement » et « genre de discours », sans que bien souvent leur articulation, voire leur compatibilité soit réellement explicitée.

Dans des travaux antérieurs (Maingueneau, 1991 : pp. 25-28), j’ai déjà souligné l’hétérogénéité de l’analyse du discours, partagée entre une démarche « analytique » et une démarche «intégrative ». La première a été bien illustrée par la problématique de Michel Pêcheux, caractéristique de l’Ecole française d’inspiration lacano-althusserienne : dans ce courant, fortement influencé par la psychanalyse, l’analyse du discours visait avant tout à défaire les continuités, de manière à faire apparaître dans les textes des réseaux de relation invisibles entre énoncés. La démarche « intégrative », en revanche, vise à articuler les composants de l’activité discursive, saisie dans sa double dimension sociale et textuelle. Cette démarche peut être illustrée par les travaux de Jean-Michel Adam (1999) ou ceux de P. Charaudeau (1995).

Cette distinction entre démarches analytique et intégrative peut être à la fois affinée et élargie, en considérant que  les analystes du discours manient deux grands types d’unités : topiques et non-topiques[1].

 

Les unités topiques

 

1. Les unités domaniales

 

Les unités qu’on pourrait dire domaniales correspondent à des espaces déjà « prédécoupés» par les pratiques verbales.

Il peut s’agir de types de discours, attachés à un certain secteur d’activité de la société : discours administratif, publicitaire…, avec toutes les subdivisions que l’on veut. Ces types englobent un certain nombre de genres de discours - entendus comme des dispositifs de communication socio-historiquement variables (le journal télévisé, la consultation médicale, le guide touristique…). Même les genres qui sont définis par leur auteur, comme c’est souvent le cas en littérature ou en philosophie, le sont à l’intérieur de pratiques verbales instituées. Types et genres de discours sont pris dans une relation de réciprocité : tout type est un groupement de genres, tout genre n’est tel que d’appartenir à un type. Néanmoins, la notion de genre, même au sens restreint où nous l’entendons ici, recouvre des réalités différentes : le journal télévisé ou le guide touristique sont des routines stabilisées, alors qu’une œuvre littéraire a un véritable auteur, qui peut contribuer à la catégorisation générique de son texte[2].

La notion de type de discours aussi est hétérogène ; il s’agit en effet d’un principe de groupement de genres qui peut correspondre en fait à deux logiques différentes : celle de la co-appartenance à un même appareil institutionnel, celle de la dépendance à l’égard d’un même positionnement. Ce n’est pas la même chose de parler de « discours de l’hôpital » et de « discours communiste ».

Le « discours de l’hôpital », c’est le réseau des genres de discours qui sont à l’œuvre dans un  même appareil, en l’occurrence l’hôpital (réunions de service, consultations, compte-rendus opératoires, etc.). Dans une logique d’appareil, ce n’est pas la concurrence qui structure au premier chef l’espace : un genre de discours de l’hôpital est à la fois une condition et un produit du fonctionnement de l’ensemble de l’hôpital. Pour un genre universitaire comme le rapport de soutenance de thèse en lettres et sciences humaines en France (Dardy, Ducard, Maingueneau, 2001), il y a mise en réseau de genres complémentaires (thèse, soutenance, prérapport, rapport, rapport sur les rapports, commission de recrutement ou d’évaluation…), qui sont constitutifs du fonctionnement d’une certaine institution.

Le « discours communiste », en revanche, c’est la diversité des genres de discours (journal quotidien, tracts, programmes électoraux, etc.) produits par un positionnement déterminé à l’intérieur du champ politique. Mais chaque positionnement investit certains genres de discours et non tels autres, et cet investissement est constitutif de son identité.

Rien n’empêche cependant d’aborder le discours communiste comme discours d’appareil : dans ce cas ce sont les genres de discours attachés au fonctionnement du parti qui seront pris en compte. C’est donc une question de point de vue.

 

2. Les unités transverses

 

Les analystes du discours travaillent également avec des unités qu’on pourrait dire transverses, en ce sens qu’elles traversent les textes relevant de multiples genres de discours. On pourrait parler ici de registres ; ceux-ci sont définis à partir de critères linguistiques (a), fonctionnels (b) ou communicationnels (c).

 

a)                Les registres définis sur des bases linguistiques peuvent être d’ordre énonciatif ;  ainsi la fameuse typologie établie E. Benveniste (1966) entre « histoire » et « discours », qui a été complexifiée par la suite, en particulier par J. Simonin-Grumbach (1975) ou Jean-Paul Bronckart (Bronckart & al., 1985). Il existe aussi des typologies fondées sur des structurations textuelles : ainsi les « séquences » de Jean-Michel Adam (1999).

b)                D’autres registres reposent sur des critères fonctionnels ; on connaît le célèbre schéma des six fonctions de Jakobson ; mais il en existe d’autres, qui s’efforcent de classer les textes en postulant que le langage est diversement mobilisé selon qu’il accomplit telle ou telle fonction dominante : ludique, informative, normative, rituelle….

c)                D’autres enfin combinent traits linguistiques, fonctionnels et sociaux pour aboutir à des registres de type communicationnel : « discours comique », « discours de vulgarisation », « discours didactique »… Même s’ils s’investissent dans certains genres privilégiés, ils ne peuvent pas y être enfermés. La vulgarisation, par exemple, est la finalité fondamentale de certains magazines ou manuels, mais elle apparaît aussi dans les journaux télévisés, dans la presse quotidienne, dans les interactions ordinaires, etc.

 

Les unités non-topiques

 

Les unités non-topiques sont construites par les chercheurs indépendamment de frontières préétablies (ce qui les distingue des unités « domaniales ») ; en outre, elles regroupent des énoncés profondément inscrits dans l’histoire (ce qui les distingue des unités « transverses »).

 

 1. Les formations discursives

 

Des unités comme « le discours raciste », « le discours postcolonial », « le discours patronal », par exemple, ne peuvent pas être délimitées par des frontières autres que celles qu’a posées le chercheur ; elles doivent en outre être spécifiées historiquement. Les corpus auxquels elles correspondent peuvent contenir des énoncés relevant de types et de genres de discours les plus variés ; ils peuvent même, selon la volonté du chercheur, mêler corpus d’archives et corpus construits pour la recherche (sous forme de tests, d’entretiens, de questionnaires…). C’est pour ce type d’unité que je suis tenté de recourir au terme de « formation discursive », l’écartant ainsi aussi bien de la valeur que lui donne Foucault (1969 : pp. 52-53) que de celle que lui donnent Haroche, Henry, Pêcheux (1971), mais sans les trahir totalement. Ces auteurs ne précisent pas les relations entre formations discursives et genres de discours ; ils mettent plutôt l’accent sur le fait qu’il s’agit de systèmes de déterminations inconscientes de la production discursive en un lieu et un moment donnés.

 

 2. Les parcours

 

Les analystes du discours peuvent également construire des corpus d’éléments de divers ordres (lexicaux, propositionnels, fragments de textes) extraits de l’interdiscours, sans chercher à construire des espaces de cohérence, à constituer des totalités. Dans ce cas, on entend au contraire déstructurer les unités instituées en définissant des parcours inattendus : l’interprétation s’appuie ainsi sur  la mise à jour de relations insoupçonnées à l’intérieur de l’interdiscours. Ces parcours sont aujourd’hui considérablement facilités par l’existence de logiciels qui permettent de traiter de très vastes ensembles de textes.

On peut envisager des parcours de type formel (tel type de métaphore, telle forme de discours rapporté, de dérivation suffixale…) ; mais dans ce cas si l’on ne travaille pas sur un ensemble discursif bien spécifié (un genre de discours, un ou plusieurs positionnement…), on retombe dans l’analyse purement linguistique. On peut également envisager des parcours fondés sur des matériaux lexicaux ou textuels : par exemple la reprise ou les transformations d’une même formule dans une série de textes, ou encore les diverses recontextualisations d’un « même » texte. C’est ainsi qu’un travail a été mené sur la formule « épuration ethnique » (Krieg-Planque, 2003) ; dans ce cas il s’agit avant tout d’explorer une dispersion, une circulation, et non de rapporter une séquence verbale à une source énonciative. On peut aussi songer aux travaux autour de Sophie Moirand sur la « mémoire interdiscursive » dans la presse à propos des « événements scientifiques à caractère politique », comme l’affaire de la vache folle ou celle des O.G.M. (Moirand, 2001 ; Beacco, Claudel, Doury, Petit, Reboul-Touré, 2002).

Il est très séduisant de traverser de multiples frontières, de circuler dans l’interdiscours pour y faire apparaître des relations invisibles, particulièrement propices aux interprétations fortes. Mais le revers de la médaille est le risque de circularité entre hypothèses et corpus. C’est pourquoi ceux qui pratiquent ce type d’approche sont obligés au départ de se donner des contraintes méthodologiques fortes.

 

Si l’on reprend les divers types d’unités que nous avons évoquées, on parvient ainsi à ce tableau :

 

 

Unités topiques

Unités non-topiques

Domaniales

Transverses

Formations discursives

Parcours

-Types / Genres de discours

----------------------

a) Genres de champs

b) Genres d’appareils

 

-Registres linguistiques

-Registres fonctionnels

-Registres communicationnels

 

 

 

Parmi ces unités, celles qui attirent le plus facilement la suspicion sont évidemment les unités non-topiques : « formations discursive » et « parcours ». En effet, elles ne sont pas stabilisées par des propriétés qui définissent des frontières prédécoupées (quelle que soit l’origine de ce découpage) : le principe qui les regroupe est pour l’essentiel à la charge de l’analyste. Il ne faudrait pas, néanmoins, exagérer l’écart entre unités topiques et non-topiques. D’une part, les unités topiques ont beau être d’une certaine façon prédécoupées », elles posent au chercheur de multiples problèmes de délimitation, comme toujours dans les sciences humaines ou sociales. D’autre part, il existe un ensemble de principes et de techniques qui régulent ce type d’activité herméneutique. Il est vrai que ces « règles de l’art » restent souvent implicites, qu’elles sont acquises par imprégnation, mais on peut présumer qu’avec le temps, la construction des unités sera de moins en moins laissée au caprice des chercheurs.

On a tout intérêt à ne pas symétriser unités topiques et non-topiques. Il ne peut pas y avoir analyse du discours sans unités topiques, qu’elles soient « domaniales » ou « transverses », mais il faut aussi prendre en compte ce qui déjoue ces frontières. Replier l’analyse du discours sur les seules unités topiques, ce serait dénier la réalité du discours, qui par nature met constamment en relation discours et interdiscours : l’interdiscours « travaille » le discours, qui en retour redistribue cet interdiscours qui le domine. La société est parcourue d’agrégats de paroles agissantes auxquels qu’on ne peut assigner à un lieu. Force est donc de s’accommoder de l’instabilité d’une discipline qui est creusée par une faille constitutive. Il parait impossible de faire la synthèse entre une approche qui s’appuie sur des frontières et une approche qui les déjoue : cette dernière se nourrit des limites par laquelle la première s’institue. Entre les deux il y a une asymétrie irréductible. Le sens est frontière et subversion de la frontière, négociation entre des lieux de stabilisation de la parole et des forces qui excèdent toute localité.

 

   

 

   

 

Je suis parti du constat, universellement partagé, que les recherches sur le discours dessinent un paysage particulièrement confus. A mon sens, la solution n’est pas de dissoudre ce champ en une multitude ouverte d’ « approches » concurrentes, placées sur le même plan, mais d’admettre que plusieurs principes de groupement sont à l’œuvre simultanément et à différents niveaux. De toute façon, dans les  sciences humaines ou sociales il est de règle que des zones de forte consistance théorique et méthodologique se détachent sur un fond de travaux aux contours nettement plus flous.

L’analyse du discours, par nature, est portée vers deux périls symétriques : d’une part la spéculation, de l’autre la pure description de la diversité potentiellement infinie des corpus. Elle est condamnée à maintenir un équilibre entre conceptualisation et travaux empiriques, ce qu’elle ne peut faire qu’en accordant la plus grande attention aux questions de méthodologie.

 

 

                      

                      

 

 

    

 

Références bibliographiques

 

Adam (J.-M.). 1999. Linguistique textuelle. Des genres de discours aux textes. Paris : Nathan.

Beacco (J.-C.), Claudel (Ch.), Doury (M.), Petit (G.), Reboul-Touré (S.). 2002. « Science in media and social discourse : new channels of communication, new linguistic forms ». in : Discourse studies, 4 (3), pp. 277-300.

Benveniste (E.). 1966. Problèmes de linguistique générale. Paris : Gallimard.

Berthelot (J.-M.). 1996. Les vertus de l’incertitude. Paris : PUF.

Bronckart (J.-P.) et al. 1985. Le fonctionnement des discours, Neuchâtel-Paris : Delachaux et Niestlé.

Brown (G.), Yule (G.). 1983. Discourse analysis. Cambridge : Cambridge University Press.

Charaudeau (P.). 1995. « Une analyse sémiolinguistique du discours ». in : Langages, 117, pp. 96-111.

Charolles (M.), Combettes (B.). 1999. « Contribution pour une histoire récente de l’analyse du discours ». in : Langue française, 121, pp. 76-116.

Cossutta (F.) (ed). 2005. Le dialogue : introduction à un genre philosophique. Lille : Septentrion.

Dardy (C.), Ducard (D.), Maingueneau (D.). 2001. Un genre universitaire : le rapport de soutenance de thèse. Lille : Septentrion.

Ducrot (O.), Schaeffer (J.-M.). 1995. Nouveau dictionnaire encyclopédique des sciences du langage. Paris : Seuil.

Foucault (M.). 1969. l’Archéologie du savoir. Paris : Gallimard.

Gumperz (J.). 1989. Engager la conversation. Paris : Minuit.

Krieg-Plangue (A.). 2003. ‘Purification ethnique’, Une formule et son histoire. Paris : CNRS Editions.

Haroche (C.), Henry (P.), Pêcheux (M.). 1971. « La sémantique et la coupure saussurienne : langue, langage, discours ». in : Langages, 24, pp. 93-106.

Levinson (S. C.). 1983. Pragmatics, Cambridge, Cambridge University Press.

Maingueneau (D.). 1995. « Présentation ». in : Langages, 117, pp. 5-11.

Maingueneau (D.). 2002. “Analysis of an academic genre”. in : Discourse studies, 4 (3), pp. 319-342.

Maingueneau (D.). 2003. « Quelles unités pour l’analyse du discours ? », in : Romanistisches Jahrbuch, 53-2002, Walter de Gruyter-Berlin-NewYork, pp. 109-118.

Moirand (S.) 2001. « Du traitement différent de l’intertexte selon les genres convoqués dans les événements scientifiques à caractère politique ». in :  SEMEN, 13, pp. 97-118.

Nunan (D.) 1993. Introducing discourse analysis. London : Penguin English.

Schiffrin (D.) 1994. Approaches to discourse, Oxford UK and Cambridge USA : Blackwell.

Reboul (A.), Moeschler (J.). 1998. Pragmatique du discours. Paris : A. Colin.

Simonin-Grumbach (J.). 1975. « Pour une typologie des discours ». in : Kristeva (J.) &  al. (eds.). Langue, discours, société, Paris : Seuil.

Swales (J.) 1990. Genre Analysis. English in Academic and Research Settings, Cambridge : Cambridge University Press.

Van Dijk (T.). 1985. “Discourse analysis as a new cross-discipline”, in Van Dijk (T.) (ed.). Handbook of Discourse Analysis, vol.1. NewYork  : Academic Press, pp. 1-10.

 

[1] Je modifie ici la présentation des unités d’analyse du discours faite dans Maingueneau (2003).

[2] Sur cette question voir Maingueneau  (2002).

 

 

 

maingueneau@univ-paris12.fr